Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 18:45

L'Abeille noire, Apis mellifera mellifera (Linnaeus, 1758), encore appelée Abeille brune, Abeille allemande ou Abeille commune est notre abeille européenne. Il en existe de nombreuses races, hybrides ou sous-espèces utilisées en apiculture, si bien qu'il est assez difficile de savoir à qui l'on a affaire lorsque des ouvrières sont observées en train de butiner. Cet Hyménoptère de la famille des Apidae (abeilles et bourdons) est un insecte social mellifère vivant en grandes colonies. Les abeilles se caractérisent par un abdomen plus fin que celui des bourdons, plus ou moins rayé de noir et de brun suivant le type. Elles sont peu agressives mais possèdent un dard et produisent du venin. Les photos présentées sur cette page montrent des ouvrières en train de butiner des fleurs de pissenlit.

Contrairement aux bourdons, les colonies d'abeilles survivent à l'hiver. La structure des colonies est également plus complexe. Les ouvrières changent de rôle avec le temps. Elles sont nourrices durant leur première semaine de vie, puis partent récolter du pollen et se chargent également de la défense de la colonie. En hiver elles ont pour seul rôle de protéger la colonie et de s'occuper des larves. Les mâles (faux-bourdons) n'ont pas qu'un rôle reproducteur (fécondation des femelles sexuées, les jeunes reines) ; ils participent également à la répartition de la nourriture au sein de la ruche et n'en sont pas chassés avant l'automne. En outre, ils fréquentent d'autres colonies que leur ruche respective, ce qui assure un brassage génétique et évite la consanguinité.

Les abeilles vivent plusieurs mois. Leur activité est intimement liée aux conditions climatiques, contrairement aux bourdons, et leur rôle dans la pollinisation des plantes à fleurs, bien qu'important, est donc moindre. Les ouvrières communiquent entre elles de nombreuses façons. Elles libèrent des phéromones et transmettent également des informations par des mouvements précis. Cette "danse" indique aux autres ouvrières la localisation de sources de nourriture.

Partager cet article
Repost0
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 22:00

Le Bourdon terrestre, Bombus  terrestris (Linnaeus, 1758), et le Bourdon des saussaies Bombus lucorum (Linnaeus, 1761) sont deux espèces très proches pratiquement impossibles à différencier. Ce sont des bourdons de grande taille apparaissant très tôt (dès le mois de mars). Ils se caractérisent par une coloration noire, avec deux bandes oranges (la première à l'avant du thorax et la seconde à l'avant de l'abdomen), ainsi qu'une une bande blanche à l'apex de l'abdomen. Les deux premières photos présentées sur cette page montrent des ouvrières récoltant le pollen sur les chatons d'un Saule marsault mâle. Leur taille varie considérablement (11 à 17 mm) ; en général les premiers oeufs pondus tôt en début de saison par la reine de la colonie produisent des ouvrières de petite taille.

Les colonies de bourdons terrestres sont annuelles. Seules les jeunes reines, c'est-à-dire les femelles sexuées fécondées par les mâles en été, survivent pendant l'hiver et quittent le nid au printemps pour fonder de nouvelles colonies. Contrairement aux ouvrières, les reines des deux espèces peuvent facilement être différenciées. Chez Bombus terrestris, les reines sont noires et oranges (thorax noir, une bande orange à l'avant et une à l'apex de l'abdomen). Chez Bombus lucorum, les reines présentent une bande jaune orangée à l'avant du thorax, une seconde à l'avant de l'abdomen, et une bande blanche à l'apex de l'abdomen, comme les ouvrières. Les deux photos présentées en fin d'article sur cette page montrent une reine Bombus lucorum photographiée sur un Saule blanc au début du printemps.

Ces deux espèces de bourdons forment des colonies au sol, sous terre, souvent dans d'anciens terriers de rongeurs. Les nids de Bombus terrestris se trouvent en général plus profondément enfouis que ceux de Bombus lucorum. Ces colonies sont assez grandes et peuvent rassembler plusieurs centaines d'individus. La langue de ces espèces est plutôt courte pour des bourdons, et ils ont l'habitude de percer un trou sur le côté de la corolle des fleurs trop profondes pour eux afin d'accéder au nectar.

 

Identification :

 
Partager cet article
Repost0
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 17:17

pascuorum1Le Bourdon des champs, Bombus pascuorum (Scopoli, 1763), est un insecte social mellifère vivant en colonie dans des nids terrestres proches de la surface du sol, en général dans les touffes d'herbes ou sous un couvert végétal relativement dense. C'est un Hyménoptère appartenant à la famille des Apidae. L'espèce se reconnaît à la coloration rousse uniforme du thorax et l'abdomen sombre rayé de blanc sale. L'extrémité de l'abdomen est jaunâtre ou vaguement brunâtre, mais pas blanc pur ni roux comme chez d'autres espèces proches. L'identification de certaines espèces est parfois difficile mais celle-ci est très commune et assez facile à reconnaître. Les ouvrières sont plus massives que des abeilles mais ont à peu près la même longueur. Les bourdons des champs sont peu agressifs mais possèdent un dard et produisent du venin.

pascuorum2La colonie, qui ne vit qu'une saison, est fondée par une reine au printemps. Elle creuse le nid et en assure seule l'appovisionnenement dans un premier temps. Puis elle produit des ouvrières, des individus stériles dont la fonction principale consiste à récolter du pollen de l'aube au crépuscule. Plus tard en été, certains oeufs donnent naissance à des mâles qui quittent le nid pour ne plus y revenir aussitôt qu'ils sont capables de voler, puis des femelles sexuées (les futures reines). Les accouplements des mâles et des femelles ont lieu à l'extérieur du nid au milieu et en fin d'été. Les mâles n'ont qu'une fonction reproductive ; ils ne participent aucunnement à l'approvionnement en pollen de leur colonie ni à sa défense. Ils sont plus petits que les femelles et ressemblent aux ouvrières.

Les femelles fécondées seront les seules à survivre dans la colonie pendant l'automne et en hiver. Les mâles meurent à la fin de la période de reproduction, et les ouvrières et la reine ne passent pas l'hiver. Les jeunes reines hibernent au nid, puis se dispersent au printemps suivant pour fonder de nouvelles colonies. Les bourdons sont des pollinisateurs essentiels à la reproduction des plantes, en particulier le bourdon des champs qui butine un grand nombre d'espèces différentes. Les photos présentées sur cette page montrent des ouvrières qui butinaient des orties blanches.

pascuorum3pascuorum4

 

Identification :

Partager cet article
Repost0
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 18:50

Andrena1Cette jolie petite abeille (13 mm) noire et blanche peut être observée dès le mois de mars. Comme toutes les Andrena, elle niche isolément, au sol, dans un petit terrier creusé dans une bande de terre dénudée. Elle se reconnaît facilement à sa livrée bicolore, à la bande de soies noires sur le thorax et à la couleur bleutée sur le dessus de l'abdomen. Bien qu'elle puisse être souvent observée en groupe, Andrena cineraria (Linnaeus, 1758) a des moeurs solitaires et ne vit pas en colonie. Butineuse infatigable, elle assure la pollinisation de nombreuses plantes à fleurs. Le mâle est légèrement plus petit que la femelle et se reconnaît à sa touffe de soies denses sur le front ainsi qu'à l'absence de corbeilles à pollen sur les fémurs.

Andrena2Les deux premières photographies affichées sur cette page présentent un mâle, au sol sur une feuille morte. Ils étaient plusieurs à s'affairer autour d'une butte de terre recouverte par une végétation clairsemée comportant probablement un nombre élevé de terriers. Les abeilles des sables peuvent en effet apparaître localement en concentrations élevées donnant l'impression d'une vie communautaire. En fait il n'en est rien. Andrena cineraria n'est pas une abeille sociale. Elle cohabite cependant volontiers avec d'autres espèces proches et tolère très bien la proximité de ses congénères. Cette espèce est en outre totalement inoffensive. Bien qu'elle possède un dard, elle ne s'en sert que très rarement et les spécialistes peuvent les manipuler sans craindre de piqûre.

La troisième et la quatrième photos présentent une femelle sur un chaton de saule. Elle est plus massive et sa tête ne comporte pas autant de soies blanches sur le front. Les femelles s'occupent seules des nids, qui comportent plusieurs loges d'élevage (une dizaine). Un oeuf unique, ainsi qu'une réserve de nourriture, est déposé dans chaque loge.

Andrena3Andrena4

Partager cet article
Repost0

En projet...

Propagande

  • Les bourdons sont trop mignons
  • Les bourdons sont très gentils
  • Les bourdons sont nos amis
  • Les bourdons sont pas feignants
  • Les bourdons sont trop marrants
  • Les bourdons sont pas méchants
  • Les bourdons sont des lève-tôt
  • Les bourdons sont rigolos

Archives

Catégories